À la une

Cinéma / Journal de Cannes 2017 ( No.11) - ciaovivalaculture;

Cinéma / Journal de Cannes 2017 ( No.11) - ciaovivalaculture

ciaovivalacultureCinéma / Journal de Cannes 2017 ( No.11)ciaovivalacultureDernier jour de compétition ce Samedi 27 Mai, avec la présentation du film de Lynne Ramsay , You Were Never Really Here , récit des efforts d'un ancien combattant pour sauver une jeune fille prise dans un réseau de prostitution , servi par un beau ...et plus encore »

Cannes Jour 11:

Cannes Jour 11: "You were never really here", impressionnante Lynne Ramsay - RTBF

RTBFCannes Jour 11: "You were never really here", impressionnante Lynne RamsayRTBFEn 2011, la cinéaste britannique Lynne Ramsay présentait en compétition un très grand film, "We need to talk about Kevin", et repartait bredouille, un véritable scandale… Six ans plus tard, elle intègre la compétition de cette 70ème édition in ...et plus encore »

“You Were Never Really Here” conclue la compétition sur une note haute - Les Inrocks;

“You Were Never Really Here” conclue la compétition sur une note haute - Les Inrocks

Les Inrocks“You Were Never Really Here” conclue la compétition sur une note hauteLes InrocksLynne Ramsey filme avec un amour inconditionnel le corps fatigué de Joacquin Phoenix et c'est magnifique. “I'm Still Here” proclamait, bravache, Joaquin Phoenix, dans le documenteur de Casey Affleck sur sa reconversion bidon en rappeur. Sept ans plus ...et plus encore »

Cannes 2017 : "120 battements par minute" et "Faute d'amour" favoris pour la Palme - la Nouvelle République

Cannes 2017 : "120 battements par minute" et "Faute d'amour" favoris pour la Palmela Nouvelle RépubliqueLe Français Robin Campillo, réalisateur de "120 battements par minute", et le Russe Andreï Zviaguintsev, réalisateur de "Faute d'amour". - (Photos Alberto Pizzoli, Loïc Venance/AFP). A la veille de la clôture du festival de Cannes, deux films font ...et plus encore »

Cannes 2017 : Joaquin Phoenix ne voulait pas

Cannes 2017 : Joaquin Phoenix ne voulait pas "mettre en avant une masculinité" dans You Were Never Really Here - AlloCiné

AlloCinéCannes 2017 : Joaquin Phoenix ne voulait pas "mettre en avant une masculinité" dans You Were Never Really HereAlloCinéLa réalisatrice britannique Lynne Ramsay et l'acteur américain Joaquin Phoenix donnaient une conférence de presse pour leur film en compétition à Cannes "You Were Never Really Here". L'équipe de "We You Never Really Here" +.et plus encore »

Les trois favoris pour la Palme d'or - 20 Minutes;

Les trois favoris pour la Palme d'or - 20 Minutes

20 MinutesLes trois favoris pour la Palme d'or20 MinutesLe palmarès du festival sera connu dimanche. Le film «You were never really here» a interpellé, samedi. Voir le diaporama en grand ». 1|60. La Britannique Lynne Ramsay avec son film «You Were Never Really Here» s'est présentée comme une candidate ...et plus encore »

[Cannes 2017] La journée de l'accrédité : vivre le rêve cinéphile avant la fin (jour 10) - L'Info Tout Court;

[Cannes 2017] La journée de l'accrédité : vivre le rêve cinéphile avant la fin (jour 10) - L'Info Tout Court

L'Info Tout Court[Cannes 2017] La journée de l'accrédité : vivre le rêve cinéphile avant la fin (jour 10)L'Info Tout CourtAlors que la faune et la flore – je parle bien entendu des journalistes – disparaissent peu à peu du Palais des Festivals, j'ai vécu hier soir dans une salle à moitié vide le rêve du cinéphile accrédité : l'expérience cinématographique totale. Le film ...et plus encore »

Festival de Cannes: Sexe, fantasmes et perversité: Ozon ose tout - 20 Minutes;

Festival de Cannes: Sexe, fantasmes et perversité: Ozon ose tout - 20 Minutes

20 MinutesFestival de Cannes: Sexe, fantasmes et perversité: Ozon ose tout20 MinutesLe réalisateur français revient à Cannes avec «L'amant double», un film en compétition sur le désir féminin. Voir le diaporama en grand ». 1|60. La Britannique Lynne Ramsay avec son film «You Were Never Really Here» s'est présentée comme une ...et plus encore »

Joaquin Phoenix: «Je ne regarde jamais mes films même s'ils sont en compétition» - 20minutes.fr;

Joaquin Phoenix: «Je ne regarde jamais mes films même s'ils sont en compétition» - 20minutes.fr

20minutes.frJoaquin Phoenix: «Je ne regarde jamais mes films même s'ils sont en compétition»20minutes.frDe notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié. Publié le 27.05.2017 à 17:59; Mis à jour le 27.05.2017 à 18:04. Joaquin Phoenix a décidé de ne pas voir You were never really here de Lynne Ramsay, dernier film en compétition du Festival de Cannes.et plus encore »

Cannes 2017 : You Were Never Really Here, on la tient notre Palme d'Or ! - CineSeries (Blog);

Cannes 2017 : You Were Never Really Here, on la tient notre Palme d'Or ! - CineSeries (Blog)

CineSeries (Blog)Cannes 2017 : You Were Never Really Here, on la tient notre Palme d'Or !CineSeries (Blog)Le Festival de Cannes a décidé de nous mettre KO pour son dernier jour de la compétition. You Were Never Really Here est une magistrale leçon de cinéma et un thriller radical qu'on imagine pas repartir sans la Palme d'Or. Synopsis : La fille d'un ...et plus encore »

Cannes 2017: You Were Never Really Here, un exercice de style réussi - Le Figaro;

Cannes 2017: You Were Never Really Here, un exercice de style réussi - Le Figaro

Le FigaroCannes 2017: You Were Never Really Here, un exercice de style réussiLe FigaroLe thriller réalisé par Lynne Ramsay, dernier film à être présenté en compétition officielle, offre un rôle époustouflant à Joachim Phoenix, qui s'invite dans la course au prix d'interprétation masculine. Les derniers seront-ils les premiers? You Were ...et plus encore »

Cannes 2017, Day 11 : des torrents de sang, un théâtre cruel - aVoir-aLire;

Cannes 2017, Day 11 : des torrents de sang, un théâtre cruel - aVoir-aLire

aVoir-aLireCannes 2017, Day 11 : des torrents de sang, un théâtre cruelaVoir-aLireLa dernière journée du 70e Festival de Cannes avant l'annonce du palmarès voyait Lynne Ramsay dévoiler "You Were Never Really Here", tandis que Roman Polanski présentait un thriller troublant sur fond de crise existentielle, intitulé "D'après une ...et plus encore »

Accueil > AFP > > Cannes: Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'or - Maritima.info

Accueil > AFP > > Cannes: Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'orMaritima.infoFatal error: Stage width or height is too small to show the gallery. Traced measures: width:600px, height: 15px. Publié le : 27 mai 2017 à 15h38Par Par Aurélie MAYEMBO. Le dernier film de la compétition du Festival de Cannes, "You were never really ...et plus encore »

Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'or - i24NEWS (Communiqué de presse) (Inscription);

Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'or - i24NEWS (Communiqué de presse) (Inscription)

i24NEWS (Communiqué de presse) (Inscription)Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'ori24NEWS (Communiqué de presse) (Inscription)Le dernier film de la compétition du Festival de Cannes, "You were never really here" de la Britannique Lynne Ramsay, s'est posé samedi en concurrent direct des films russe "Faute d'amour" et français "120 battements par minute", qui faisaient jusqu ...et plus encore »

“You were never really here”, décevante fin de partie - La Croix;

“You were never really here”, décevante fin de partie - La Croix

La Croix“You were never really here”, décevante fin de partieLa CroixLe dernier film présenté en compétition, signé de la réalisatrice britannique Lynne Ramsay, dresse sans finesse le portrait d'un homme de main usé par l'existence. La réalisatrice Lynne Ramsay et l'acteur Joaquin Phoenix lors de leur conférence de ...et plus encore »

You Were Never Really Here: Lynne Ramsay sanglante - LaPresse.ca;

You Were Never Really Here: Lynne Ramsay sanglante - LaPresse.ca

LaPresse.caYou Were Never Really Here: Lynne Ramsay sanglanteLaPresse.ca(La Presse à Cannes) Lynne Ramsay avait présenté en compétition cannoise en 2011 We Need to Talk About Kevin, d'après le roman de Lionel Shriver. La cinéaste écossaise (Morvern Callar) explore encore davantage le côté sombre de l'être humain dans ...et plus encore »

Cannes 2017 :

Cannes 2017 : "force", "beauté", "richesse", "maîtrise", la presse aime You Were Never Really Here - AlloCiné

AlloCinéCannes 2017 : "force", "beauté", "richesse", "maîtrise", la presse aime You Were Never Really HereAlloCinéDernier film de la compétition, le film de Lynn Ramsay "You Were Never Really Here" avec Joaquin Phoenix séduit la presse présente au 70ème Festival de Cannes. You Were Never Really Here de Lynne Ramsay - Compétition - Sortie sans date. DE QUOI ...et plus encore »

Cannes 2017 -

Cannes 2017 - "You were never really here" : et si, dans la dernière ligne droite, Lynne Ramsay créait la surprise ? - LCI

LCICannes 2017 - "You were never really here" : et si, dans la dernière ligne droite, Lynne Ramsay créait la surprise ?LCION AIME - Last but not least ? En confiant à Joaquin Phoenix le rôle d'un ancien soldat, chargé d'extraire la fille d'un sénateur d'un réseau de prostitution, la réalisatrice écossaise Lynne Ramsay signe avec "You were never really here" un polar ...et plus encore »

Cannes 2017 : "You where never really here", complètement marteau - Les Échos

Cannes 2017 : "You where never really here", complètement marteauLes Échos"You where never really here", de Lynne Ramsay, est le dernier film présenté en compétition officielle à Cannes. WhyNot Productions. Le film de l'anglaise Lynne Ramsay est le dernier à être présenté en compétition officielle à Cannes. Le Festival de ...et plus encore »

À Cannes, «You were never really here» jette un coup de marteau sur la compétition - Le Soir;

À Cannes, «You were never really here» jette un coup de marteau sur la compétition - Le Soir

Le SoirÀ Cannes, «You were never really here» jette un coup de marteau sur la compétitionLe SoirLe thriller intense de Lynne Ramsay ferait une Palme d'or virile et non consensuelle. Avec Joaquin Phoenix dans le rôle principal, le film de Lynne Ramsay vient chambouler les pronostics. ©PhotoNews. Lynne Ramsay plonge au cœur du mal avec un thriller ...et plus encore »